Elu24 site des elus communistes et républicains de Dordogne
Article de Vianney Le Vacon dans l’Echo Dordogne

Périgueux n’est pas à vendre

jeudi 1er octobre 2015

Démolition des HLM du Gour de l’Arche, 220 logements détruits remplacés par quelques dizaines seulement, départ du service public de la Poste du centre de périgueux vers Marsac avec à la clé un bâtiment à vendre, velléité du maire de droite de Périgueux de s’accaparer des hectares de foncier sur le dos des ateliers SNCF du Toulon où le gouvernement prévoit plusieurs centaines de suppressions d’emplois. Le même maire, Antoine Audi, qui souligne lors du conseil municipal que le foncier est rare sur la ville après avoir annoncé sa volonté de regrouper autour de Périgueux 4 autres communes de l’agglomération…. La chasse au foncier est ouverte.

Une première question se pose : pour quoi faire ?

C’est le MEDEF qui nous donne la réponse dans un document, datant de 2014 : « Ancrer l’entreprise dans les territoires ». Nos territoires doivent être plus compétitifs, plus axés sur la concurrence, entre eux, en un mot plus rentable.

Or de fait, des champs entiers de la société ne sont pas encore ou pas suffisamment livrés au marché, c’est vrai des services publics en général, du logement social, des plans d’urbanisme à l’échelle des territoires, des collectivités véritables services publics comme les communes, les départements. Le MEDEF plaide ainsi pour une véritable dérégulation-déréglementation dans tous les domaines, notamment celui de l’organisation territoriale et de l’aménagement des territoires, en appelant notamment à « simplifier » les échelons administratifs autour de 8 régions, de 10 métropoles et de bassins de vie organisé autour de villes moyennes, associés à de grandes intercommunalités. A peu de choses près, on retrouve ce schéma dans la loi NOTRE, Nouvelle Organisation Territoriale de la République passée cet été, et dans celle portant sur le regroupement des communes.

Aujourd’hui, nous sommes à la veille d’une marchandisation tous azimuts de nos territoires. Il ne s’agit plus de répondre aux besoins des territoires, de ses habitants, mais de tout mettre en coupe réglée pour les appétits financiers des marchés et des grandes entreprises.
En bon libéral et grand patron qu’il est, directement branché sur les orientations du MEDEF, le maire de Périgueux est à l’offensive. Désormais à Périgueux tout devient à vendre, la Poste, les ateliers SNCF, les HLM et son office si on n’y prend garde, les écoles…après avoir liquidé l’AOL. Une politique qui, malheureusement s’accorde bien et accompagne la politique libérale et de privatisation de l’actuel gouvernement portée par son ministre emblématique Emmanuel MACRON.

Le MEDEF le dit dans son document : « nous voulons des maires bâtisseurs, en clair des élus portés sur le tout béton, la construction à l’infini de zones commerciales, d’autoroute comme la RN21, de zones pavillonnaires avec le mitage catastrophique que cela occasionne, sans parler bientôt des gares routières à construire pour les bus Macron reliant les grandes métropoles. De fait, l’espace public serait de plus en plus privatisé sur le fonds de logiques hyper productivistes et d’une vision rétrécie d’une croissance soumise à la seule loi du profit.

Une autre logique est plus viable pour nos territoires, celles et ceux qui y habitent, socialement, économiquement et écologiquement meilleurs. Sur la question du logement, Périgueux et agglo ont besoin de logements sociaux, rénovés, réhabilités thermiquement. Du logement social avec des charges moins élevées avec une baisse des coûts énergétiques, de l’emploi pour les entreprises du bâtiment pour réhabiliter ces logements et un plus pour le climat. Rien que sur Périgueux, plusieurs milliers de logements sont vacants, sans parler des travaux à faire sur le parc public. Voilà qui aiderait la filière bâtiment en Dordogne qui a perdu 2.500 emplois en seulement quelques années, alors que les chiffres du chômage sont encore très mauvais ce mois-ci en Dordogne !

Autre défi, les transports, point majeur pour lutter contre le réchauffement climatique. Aux bus Macron à la privatisation-démantèlement progressifs de la SNCF, nous opposons le développement du service public, de mettre le paquet sur le train du quotidien, la baisse de tarifs SNCF trop prohibitifs aujourd’hui qui servent à éponger la dette TGV colossale. Nous opposons le développement de la ligne Périgueux-Limoges-Paris, la rénovation du matériel et des lignes de plus en plus vétustes facteurs d’emplois pour les ateliers de Périgueux.

Ce sens de l’intérêt général, d’une politique de développement conçue pour répondre aux besoins des hommes, des territoires et de la planète impose un autre logiciel que celui du libéralisme et de la guerre menée contre les services publics et l’investissement public, via l’austérité.

De fait, c’est une autre conception de la ville que nous proposons, une conception qui doit aussi être citoyenne, sujette à débat. Ce point est essentiel : notre société vit une rupture démocratique gravissime. Les citoyens ont besoin d’être informés de qui se trame, des tenants et aboutissants des lois et politiques menées pour être à la fois informés mais aussi pouvoir décider et intervenir. C’est le sens de ces propos et des mobilisations citoyenne à venir comme nous avons su le faire au Gour de l’Arche.

Vianney Le Vacon

Source : https://france2020medef.files.wordp...


Accueil | Contact | Plan du site | | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Municipalités  Suivre la vie du site Périgueux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?